JÉRUSALEM – Ce jeudi 5 Novembre, à l’auditorium du Centre Notre-Dame s’est tenu un symposium de l’Assemblée des Ordinaires Catholiques pour les 50 ans du Concile Vatican II. L’occasion d’une matinée de relecture de l’héritage du concile et des 50 ans de Nostra aetate.

Le symposium, introduit par SB. le Patriarche Fouad Twal, SE l’archevêque Georges Bacaouni et le RP Pierbattista Pizzaballa, Custode de Terre Sainte, a retracé l’évolution de l’Église de Terre Sainte depuis la quatrième et dernière session du Concile Vatican II, en 1965.

Un premier cycle a présenté les changements apportés par le Concile sur la mission de l’Église dans le monde, dans l’évangélisation, dans l’accompagnement du peuple de Dieu, -par le laïcat ou le sacerdoce-, ou encore la mission de l’Église pour la justice et la paix dans le monde.

Le Concile a également apporté nombre de changements majeurs dans l’extériorisation et l’expression de la foi, notamment dans la liturgie de l’Église. Mgr Rafik Khoury a évoqué le passage de la liturgie en latin à celle en langues locales qui a permis à grand nombre de fidèles de mieux comprendre la Messe et les fondements de leur foi. Pour illustrer son propos, Mgr Khoury a repris les paroles de son père, lors de la mise en place de la liturgie en langues vernaculaires:  « je dis le même ‘amen’, mais maintenant, je comprends pourquoi je le dis ».

Un second cycle a enfin exposé les apports du Concile pour le dialogue interreligieux et l’œcuménisme, notamment par la déclaration Nostra aetate, texte révolutionnaire et fondateur du dialogue interreligieux contemporain.

La matinée s’est achevée par un exposé de la relation entre le Concile et la vie de l’Église de Terre Sainte, par Mgr Rafiq Khoury.

Designed and Powered by YH Design Studios - www.yh-designstudios.com © 2017 All Rights Reserved
X