itItaliano enEnglish deDeutsch pt-ptPortuguês

SAINT-SEPULCRE – Mercredi 22 mars 2017, les Eglises de Jérusalem se sont retrouvées dans la Basilique du Saint-Sépulcre pour contempler le résultat des dix mois de restauration de l’édicule abritant le Tombeau du Christ, lors d’une cérémonie œcuménique témoignant de l’unité qui a rendu possibles de tels travaux.

Dix mois durant, experts, techniciens et ouvriers se sont relayés nuit et jour pour restaurer avec la plus grande précaution possible, l’édicule qui protège le lieu de l’ensevelissement et de la résurrection du Christ, situé dans le chœur de la Basilique du Saint-Sépulcre. L’édicule partiellement démonté puis reconstruit à l’identique et consolidé, est presque méconnaissable. Et pourtant, seules les parties irrécupérables ont été remplacées. Aujourd’hui rendu à la lumière, sa pierre se découvre sous des nuances pastels et rosées qui ne sont pas sans rappeler les premières lueurs de l’aube. L’aube du matin de la résurrection.

Aux premiers rangs face à l’édicule enfin débarrassé de ses échafaudages ce mercredi matin, les représentants des trois Eglises signataires de l’accord qui permit le lancement des travaux : S.B. Theophilos III, Patriarche grec-orthodoxe, S.B. Manougian, Patriarche arménien apostolique et le père Francesco Patton, Custode de Terre Sainte. Ce dernier était accompagné de Mgr Pizzaballa, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin, Custode de Terre Sainte de 2004 à 2016, signataire de l’accord en mars 2016. Etaient présents également des représentants des autres Eglises du Saint-Sépulcre, Ethiopienne, Syriaque et Copte ainsi que des autres confessions chrétiennes.

Parmi les invités d’honneur, le Patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomeos, venu pour la dernière fois à Jérusalem en mai 2014 pour une prière d’unité en ce même lieu, face au Tombeau du Christ, cinquante ans après les retrouvailles historiques de son prédécesseur Athénagoras avec le pape Paul VI.

La cérémonie, ponctuée d’hymnes entonnés solennellement par les chœurs des trois communautés, les Grecs-Orthodoxes, les Arméniens et les Franciscains, célébrait déjà la gloire de la résurrection. Prenant successivement la parole, les représentants des trois communautés qui tiennent le Lieu Saint, le Patriarche Theophilos, le Custode le père Patton, et le Patriarche Manougian, ont salué l’admirable restauration réalisé pendant ces longs mois de travaux, soulignant chacun la signification œcuménique d’un tel événement et remerciant experts et bienfaiteurs.

« Ces travaux sont un signe d’espérance pour les futures générations » a assuré le Patriarche Theophilos, remerciant tous ceux qui ont rendu possible ce projet, saluant notamment Mgr Pizzaballa et une « collaboration sans précédent ». Le Custode, le père Patton, a évoqué « la joie immense » de contempler ces travaux quelques semaines avant de « célébrer ensemble à Pâques, le même jour, la résurrection ». Le Patriarche arménien à son tour, a dit rendre grâce pour « les relations fraternelles d’amour authentique et de solidarité entre communautés » qui ont permis de mener à bien ce projet.

Invité ensuite à prendre la parole, Mgr Pizzaballa (discours intégral) est revenu sur le caractère unique de cette restauration qui a inauguré « une nouvelle phase de relations entre les Eglises de Jérusalem ». Confiant dans l’avenir, il a déclaré : « Ce travail n’est pas terminé. Nous en sommes juste au début. Je souhaite à vous tous, vos Béatitudes et votre Paternité, que les Églises de Jérusalem puissent continuer à jouir de cette nouvelle attitude qui existe entre nous, en voyant la poursuite de cette restauration pour toutes les autres parties de cette Basilique unique. »

Après l’adresse du Patriarche Bartholomeos, placée à sous tour sous le signe de l’unité apportée par la résurrection, le Nonce Apostolique Mgr Lazzarotto a lu un message du Cardinal Leonardo Sandri, Préfet de la Congrégation pour les Eglises Orientales.

A la fin de la cérémonie, après le dernier discours d’action de grâce et de remerciements, prononcé par Sa Sainteté Garegin II, Catholicos de tous les Arméniens, les Chefs d’Eglises, les religieux et leurs invités se sont rendus au Patriarcat grec-orthodoxe pour une présentation des travaux par Antonia Moropoulou, ingénieur de l’École Polytechnique d’Athènes et coordinatrice scientifique de l’ensemble du projet.

Devant un public d’experts et de personnalités politiques dont le Premier Ministre grec Alexis Tsipras, la professeur a expliqué les différentes étapes et techniques utilisées pour réhabiliter l’édicule abritant la roche originelle dans laquelle fut creusé le Tombeau du Christ. Elle a insisté sur l’importance de continuer la restauration de « ce monument vivant qui parle à l’humanité toute entière » évoquant différentes causes qui pourraient nuire à la durabilité du travail accompli jusque-là, notamment l’humidité provenant du sous-sol à même de fragiliser la structure de l’édifice sur le long terme.

Myriam Ambroselli

Photos : © Patriarcat latin de Jérusalem ;  © Custodie de Terre Sainte

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar
Designed and Powered by YH Design Studios - www.yh-designstudios.com © 2017 All Rights Reserved
X